logo-psychomot.jpg

Qu’est-ce que la Psychomotricité ?

La psychomotricité est une discipline paramédicale, reconnue d’Etat depuis 1974, qui s’intéresse à l’être humain dans sa globalité, sa dimension holistique.

C'une méthode thérapeutique destinée aux enfants, aux adolescents et aux adultes ayant des difficultés sur le plan moteur, comportemental, relationnel ou émotionnel.

C’est une Psychothérapie à médiation corporelle.

« La psychomotricité a pour but d’agir, par l’intermédiaire du corps, sur les fonctions mentales, instrumentales et comportementales perturbées. Elle tend à maximiser le développement et l’adaptation du sujet, sur le plan moteur, affectif, social et cognitif tout en prenant en compte la personnalité et l’environnement de celui-ci. » Julian de Ajuriaguerra, Neuropsychiatre et Psychanalyste.

Le psychomotricien agit sur le développement global de la personne ; autrement dit, il tient compte des dimensions physiques, psychiques, émotionnelles, relationnelles, familiales, sociales, culturelles, spirituelles. Il travaille sur prescription médicale. La psychomotricité est souvent réduite à un champ d’action exclusif chez l’enfant. Il est en réalité bien plus grand et se développe aussi auprès de l’adolescent et de l’adulte.

Ses médiations sont variées et intégratives ; elles constituent la boite à outils du psychomotricien. Il est spécialiste en relaxation ; il peut proposer du toucher thérapeutique, des massages, des techniques d’expressivité (mimothérapie, jeu dramatique, danse…).

Son but est de permettre au patient d’accéder à un équilibre psychocorporel.

Le corps permet à chacun de se mouvoir, d'entrer en relation avec autrui et de ressentir.

Le psychomotricien aide à apprendre ou réapprendre à vivre avec son corps ; à l’accepter avec ses évolutions, ses atouts, et ses imperfections. Il met le corps au centre de cette problématique et cherche à restaurer ces liens qui peuvent être parfois malmenés, perdus, ou absents à cause de changements, de handicap ou de maladies.


Indications principales :

Voici, quelques indications non exhaustives en psychomotricité chez l’adolescent et la personne adulte :
  • Les troubles de l’humeur, les états dépressifs
  • Les troubles anxieux, les TOC, tics, phobies…insomnies
  • Les troubles des conduites alimentaires (anorexie, boulimie, hyperphagie)
  • L’affaiblissement de l’estime de soi et de la confiance en soi
  • Les difficultés relationnelles, d’adaptation sociale
  • Les troubles du comportement (instabilité, agressivité ou timidité excessive)
  • Les troubles de l’équilibre
  • Les troubles de l’orientation temporo-spatiale
  • Les troubles de coordination et les dyspraxies
  • Les troubles psychosomatiques : affection dermatologique (eczéma, psoriasis…)
  • Un handicap moteur et ou sensoriel
  • Toute maladie ou atteinte neurologique, métabolique, génétique, neurodégénérative qui a des répercussions sur le corps (diabète, traumatisme cranien, Parkinson, cancer…)

Outils thérapeutiques du psychomotricien :

Les médiations Psychomotrices sont variées et intégratives. Au cabinet SOL sont proposées :
  • La relaxation psychomotrice Soubiran
  • La relaxation Wintrebert, Jacobson, Berges
  • Le toucher thérapeutique
  • Le massage traditionnel bien-être
  • Le yoga adapté
Des techniques d'expression artistique et d'éducation gestuelle.
  • La mimothérapie
  • Le jeu dramatique
  • La danse adaptée

Ces indications correspondent aux motifs de consultation les plus fréquents mais ne sont pas restrictives.

Les items psychomoteurs

La psychomotricité se compose d’items principaux qui donnent une grille de lecture au psychomotricien pour appréhender la façon dont la personne s'organise dans son corps.

Le Tonus

Le tonus est l’état de tonicité de la musculature, le niveau de « contraction » musculaire. Il est en lien avec la posture, le mouvement et surtout l'aspect émotionnel de l'individu. Chacun a un tonus physiologiquement défini et un rythme qui lui est propre. L'état émotionnel de chacun teinte de façon considérable le tonus. Il existe trois niveaux toniques : le tonus de fond, le tonus postural et le tonus d’action. Julian de Ajuriaguerra a théorisé le dialogue tonico-émotionnel. Il le définit comme un mode de communication fondamental car être à l'écoute du tonus permet d'entendre les émotions de l'autre. Un tonus ajusté est lié à un vécu affectif et relationnel serein.

Le Schéma Corporel

Le schéma corporel est la connaissance et la conscience du corps, composé de ses différents segments (tête, tronc, bras, jambes). Le Schéma corporel, identique pour tous les individus d’une même espèce, s’élabore grâce aux sensations d'un devant et d'un derrière, de différents tissus, de différentes épaisseurs et d'une enveloppe qui contient le tout.

L’Image du Corps

L'image du corps est inconsciente ; c’est la représentation mentale et émotionnelle du corps. Elle est relationnelle et varie avec le contexte. C'est la représentation que l'on a de soi, la façon que l'on a de se présenter à l'autre.

L'équilibre

C'est une composante en majeure partie neurologique et physiologique de l'individu en lien avec le système vestibulaire, le tonus, la vision, l’axe Corporel... Elle est également sous-tendue par une composante affective. Il existe différents types d'équilibres : statique, dynamique et projeté.

La latéralité

C’est l'importance de l’utilisation du sens gauche-droite du corps dans la position ou le fonctionnement de certains organes ou membres. En psychomotricité, on s’intéresse à la latéralité des hémisphères cérébraux, mais également à la dominance visuelle, manuelle et pédestre. La latéralité peut être affirmée ou contrariée, homogène ou hétérogène. Elle se met en place suite à un long processus de latéralisation. Elle impacte la structuration et l’orientation dans l’espace. La coordination motrice, oculo-motrice et la dissociation C’est est la capacité à réaliser un geste précis et intentionnel, avec vitesse, efficacité et fiabilité. Les coordinations touchent l'organisation globale du corps (s’habiller, se déplacer) et les activités manuelles fines (écrire, dessiner…).

« En ce moment, à l’endroit même où vous vous trouvez, il y a une maison qui porte votre nom. Vous en êtes l’unique propriétaire, mais, il y a très longtemps, vous en avez perdu les clefs. Ainsi, vous restez dehors, ne connaissant que la façade. Vous ne l’habitez pas. Cette maison, abri de vos souvenirs les plus enfouis, refoulés, c’est votre corps. » (Thérèse BERTHERAT : Le corps a ses raisons, p.7)

« La psychomotricité, pour avoir, dès ses origines, considéré le lien fondamental entre psyché et soma dans la construction identitaire, se trouve au centre des débats les plus contemporains. » Etre psychomotricien, Catherine Potel